Au revoir !

A cette heure, le 2nd tour est en cours de dépouillement, et nous connaitrons dans 1h ou 2 celle ou celui qui sera élu. Je lui transmets tous mes voeux de réussite pour la prospérité et le bien de la Vendée, de l’Ile d’Yeu et de ses habitants.

Mardi dernier, j’ai démissionné du conseil municipal de l’Ile d’Yeu après 4 ans. Maintenant que la campagne est terminée je peux, sans influencer le vote, vous expliquer mes 3 raisons:

  1. Par principe d’abord, c’est une tradition de la République (pas une obligation): celui qui perd une élection démissionne de ses mandats car il n’a plus la confiance des électeurs. En ne passant pas au 2nd tour, j’ai perdu de la légitimité donc je laisse ma place!
  2. En pratique surtout, cela apporte du sang neuf au conseil municipal. Cela permet de former un nouvel élu au fonctionnement de la mairie. Ce sera utile pour le groupe M’Yeu Ensemble et pour l’île, notamment en préparation de futures élections.
  3. Par principe enfin, certains mots ou attitudes de Mme la maire ces derniers temps m’ont choqué. Certaines choses ne se font pas, nous ne partageons pas les mêmes valeurs.

Au final, l’Ile d’Yeu a désormais une nouvelle conseillère municipale, Dany Herbreteau, qui prend ma suite dans l’opposition municipale. C’est une femme que j’estime beaucoup, très humaine, proche des gens, intelligente et pleine de bon sens. Dany est courageuse et travailleuse, elle apprendra vite le rôle de conseillère municipale!

J’espère trouver d’autres moyens de poursuivre mon engagement pour l’Ile d’Yeu et ses habitants.

Benoit Gaborit

MERCI !

Merci aux électeurs qui sont allés voter ou ont fait une procuration. Avec 38,7% de participation, on dépasse largement les 34,3% du 1er tour du 20 juin 2021, alors que très peu de résidents secondaires se sont déplacés sur l’Ile d’Yeu dans le froid du mois de janvier!
Merci surtout aux 27,61% d’électeurs ❤️ qui ont voté pour Yannick et moi.
Merci à ceux qui nous ont soutenus: l’équipe M’YEU Ensemble, les conseillers municipaux M’YEU Ensemble, nos épouses Sylvana et Hélène, et tous les autres qui se reconnaîtront.
Merci aux 2 autres candidats qui nous ont permis d’avoir une campagne sereine et sans invective.
Merci enfin à la mairie de nous avoir prêté la salle pour nos réunions publiques, à ceux qui y ont participé, et aux agents qui ont eu beaucoup de travail pendant les vacances de Noël pour préparer cette élection.
Nous avons perdu. C’est la règle du jeu électoral!
Les autres candidats ont proposé de nombreuses idées intéressantes pour faciliter la vie quoditienne dans l’immédiat, et nous en partagions beaucoup. Nous regrettons que nos autres propositions à plus long terme pour préparer l’avenir n’aient pas plus convaincu les Islais.
Et nous espérons que le candidat qui sera élu la semaine prochaine reprendra à son compte certaines de nos idées et les mettra en oeuvre pour le bien de notre île et le futur de nos enfants.
Au revoir,
Benoit Gaborit et Yannick Rivalin

Infrastructures portuaires et carburant

Le département est propriétaire des ports de Port Joinville et de la Meule.
Les enjeux sont très différents pour ces deux ports.

Port de la Meule

L’enjeu principal pour la Meule est de le rénover en lui conservant son esthétique et son âme. Il fait partie de notre patrimoine islais et il ne faut surtout pas le dénaturer lors des travaux de rénovation.
Et il faut profiter de cette rénovation pour le consolider, puis l’entretenir correctement afin d’éviter les désordres des tempêtes de la Toussaint qui ont emporté un morceau de jetée et fragilisé le quai.
Certains vous font la  proposition de concrétiser ce projet (en même temps que la proposition de rénover l’estacade et la corne de brume). Ce ne sont pas de vraies propositions car la décision est déjà prise, comme évoqué dans les récents Conseils municipaux, j’y étais.
En revanche, et avec l’aide de Yannick qui est très attaché à la Meule, je compte surveiller de près le projet et les travaux, afin que l’esthétique de la Meule soit prévervée!

Frères Gaborit à la Meule vers 1933 – mon papa (devenu marin) à gauche

Le Port

Le Port est essentiel pour l’île.
Déjà pour abriter nos bateaux de pêche, de moins en moins nombreux suite à des Lois européennes répressives et à des ministres successifs en charge de la pêche qui ne se battent pas assez pour défendre cette activité.
Mais surtout c’est le poumon de l’île, et sans lui, pas de continuité territoriale!

Les décisions pour le Port se prennent au Conseil portuaire. Le conseiller départemental élu siègera à ce Conseil en remplacement de Bruno Noury.
Je compte utiliser l’expérience de Yannick Rivalin, qui a été longtemps membre du Conseil portuaire, pour mieux comprendre son fonctionnement et être plus efficace dans les débats et les décisions du Conseil.
Et si le Conseil accepte, j’aimerais que Yannick puisse au début participer à mes côtés en tant qu’invité pour m’aider à être mieux à l’écoute des membres.

Adapter les infrastructures pour tous les usagers

La gestion du fret doit être améliorée par l’aménagement de zones adaptées, en particulier zone sous froid pour notre sécurité alimentaire. Et cela sans réduire le parking!
Pour les passagers, un meilleurs accès à la dépose/récupération des bagages aiderait. Et le même problème se pose côté Fromentine où c’est parfois la guerre sur les rares places de stationnement proches des containers.
Pour les passagers encore, l’installation d’un local à vélos abrité des intempéries et sécurisé contre le vol permettrait d’aller à vélo prendre son bateau, sans risque de rentrer à pied au retour! Cela existe dans beaucoup de gares SNCF et ça fonctionne bien.
Enfin, je compte rester à l’écoute des pêcheurs et de leurs besoins pour faciliter leur travail au quotidien.

Préparer les infrastructures pour l’approvisionnement en carburant

Le dépôt de carburant ne dépend pas du département mais de la mairie.
Le projet d’enfouissement a été abandonné, car il était trop compliqué de gérer la transition de 18 à 24 mois entre le démontage du dépôt existant et la mise en service du nouveau.
Ce dépôt est dangereux car très proche de nombreux bâtiments. Nous avons eu beaucoup de chance que les deux récents incendies à proximité ne gagnent pas le dépôt, nous aurions eu une catastrophe.
Et il est cher (il est responsable d’une grande partie des 70cts que nous payons en plus par rapport au continent). Et les coûts ne vont pas baisser car de nouveaux investissements sont nécessaires, comme la réfection du pipeline qui va coûter entre 0,5 et 1 million d’euros. Autant de centimes en plus sur notre facture.
Le contrat d’exploitation du dépôt est renouvelé tous les 5 ans, et il est probable et raisonnable d’envisager sa fermeture dans 5 ou maximum 10 ans, en le remplaçant par un petit agrandissement des cuves de la station service, de celles de la station CCI et peut être par la construction d’une station diesel à la Marêche pour les camions et les engins de chantier.
Cela éliminera les risques d’explosion et ça devrait aider à baisser les coûts du carburant.
A la place, l’approvisionnement des stations se ferait directement du continent par camion citerne au lieu du petit et coûteux pétrolier Anatife que nous partageons avec Belle-Ile. Cela devrait permettre de baisser significativement le prix du carburant.

Et c’est là que le département et le Conseil portuaire entrent en action. En effet, il faut travailler dès maintenant pour préparer cette logistique et sécuriser la continuité de notre approvisionnement en permettant aux camions d’arriver sur l’île.
C’est complexe, utiliser l’Insula Oya n’est pas la solution car il est interdit de mélanger citerne d’essence et passagers. Et en fonction du type de bateau retenu, l’infrastructure portuaire devra s’adapter: construction d’une grue spécialisée, aménagement d’une cale dans le bassin à flot? En anticipant et en travaillant dès maintenant avec le Conseil portuaire et la mairie, nous trouverons la bonne solution pour être prêts à temps.

Benoit Gaborit et Yannick Rivalin

Le climat, c’est bientôt demain !

des risques accrus de vent et de vagues

Le constat

Notre climat évolue, c’est une certitude. Les experts sont parfois alarmistes ou catastrophistes. Nous sommes convaincus qu’il faut rester positifs et qu’avec une bonne anticipation, nous pouvons gérer ces risques pour en limiter les conséquences.
Les risques envisagés sont les suivants:

  • Des tempêtes plus fréquentes et des vents plus violents.
  • Des épisodes de pluie plus importants, notamment en zone littorale.
  • Des risques de submersion temporaire pendant les grandes marée pendant les tempêtes sous l’effet combiné des vagues, des pluies importantes, de la basse pression et des vents d’Ouest qui augmentent le niveau de la mer, et enfin de la hausse programmée du niveau de l’océan.

Il est difficile de dire quand les effets importants se feront sentir, mais que ce soit dans 5 ans, 15 ans ou 30 ans, il est important de nous y préparer, et le département a un rôle important à jouer.

Risque de vent violent

L’Île d’Yeu est habituée aux coups de vent! Régulièrement, quand une tempête passe, nous avons 15 ou 20 km/h de plus que sur le continent.
Un risque important pendant ces coups de vent est la chute des arbres, qui peuvent endommager les fils électriques ou téléphoniques et priver de courant ou d’internet et de téléphone tout un quartier.
Un bon exemple est la tempête de fin octobre 2023, où nous avons perdu beaucoup d’arbres, mais heureusement sans gros dégats sur les poteaux électriques et téléphoniques.
Ce n’est pas le cas de plusieurs villes en Bretagne, qui ont été privées d’électricité pendant plusieurs jours, parfois 3 semaines, et certaines n’avaient toujours pas internet ni le téléphone au début de l’année.

Enfouissement des réseaux
enfouir les poteaux

Pour éviter cela, une solution simple est d’enterrer les réseaux électriques et de télécom. Le département y contribue de manière significative avec le SYDEV qui aide la mairie en apportant des subventions.
Mais cela coûte cher, et la mairie a annoncé un budget de 7.5 millions d’euros pour enfouir ces réseaux en 15 ans (au moins les réseaux électriques, mais certaines portions télécom seront faites ultérieurement). Et en même temps, on a planté des poteaux tout neufs pour faire passer la fibre!
Plutôt que de devoir attendre 2040 ou après pour avoir enfin supprimé les poteaux, nous comptons demander au département et au SYDEV d’augmenter l’aide à l’enfouissement pour accélerer le programme et sécuriser l’île en cas de fort coup de vent.
Ce sera particulièrement utile en cas de coup de vent généralisé car si Challans et Saint Gilles sont touchées en même temps que l’Ile d’Yeu, il est probable que les équipes Enedis débordées commenceront par réparer le continent avant nous!

Risque de submersion

L’Île d’Yeu est menacée sur son territoire, mais comparée à d’autres cantons comme Noirmoutier, les risques sont plutôt moins importants. En effet, une partie significative de l’Île est en altitude au-dessus du niveau de la mer.

Des dégats sont probables sur la côte Nord ainsi qu’au Nord Est du camping aux Corbeaux, avec une érosion et un recul du trait de côte, mais ce ne sont pas des zones très habitées, et même si des maisons seront menacées un jour, ce sera un drame individuel pour chaque propriétaire mais cela ne remet pas en cause la survie de l’île.

La zone du port posera plus de problèmes, avec de nombreux bâtiments sur le front de port ou à proximité qui risquent de se trouver les pieds dans l’eau de temps en temps.

Mais le principal risque qu’il faut gérer à notre avis est la menace sur la continuité territoriale. Beaucoup ont pu voir les photos de la gare de Fromentine les pieds dans l’eau à la Toussaint. Et la route départementale de Fromentine à Bourgneuf traverse le Marais Breton et n’est qu’à quelques dizaines de centimètres au dessus du niveau de la mer.

Simulation submersion 50cm – source BRGM

Si le Marais Breton se trouve trop souvent submergé suite à des pluies abondantes, ou des épisodes de tempête pendant les grandes marées, la route va s’abimer et risque de finir coupée. Et ce sera pire si la digue cède. Et dans ce cas, comment feront les camions qui nous ravitaillent pour amener la nourriture et les biens de première nécessité sur l’île?
Cela n’arrivera peut être pas avant 30 ans, mais nul ne sait exactement quand. Et les conséquences nous semblent trop importantes pour attendre!
Cette route fait 25 ou 30km: si on commande une expertise détaillée et des préconisations aux spécialistes, et en agissant dès maintenant, on peut éviter le problème. A raison d’1 km sécurisé par an, ce n’est pas si cher dans le budget du département et dans 25 ou 30 ans, nos enfants pourront toujours être approvisionnés.

Une fois de plus, anticiper et agir sur ces sujets majeurs nous évitera de subir une nouvelle crise.

 

Éoliennes : le grand gâchis !

éoliennesLe constat

Le chantier des éoliennes a démarré, et nous pouvons voir depuis quelques semaines le navire géant poser les fondations. Et tout le monde est stupéfait de constater comme il est grand et comme les éoliennes seront visibles depuis notre île! C’est choquant.

Comme M’YEU Ensemble l’a toujours dit, le débat «pour ou contre» n’est malheureusement plus d’actualité, car elles sont en train de se construire et nous allons subir les nuisances visuelles, environnementales, et la gêne au travail de nos pêcheurs dans la zone.

Le mensonge

En juin 2021, dans la précédente campagne départementale, M’YEU Ensemble s’inquiétait du respect des engagements du consortium: «Déjà le nombre de techniciens est tombé à 80, contre plus de 100 au début, mais surtout, nous craignons que le consortium annonce un revirement de position, et l’installation de sa base de maintenance à l’Herbaudière ou à Saint Nazaire. Et ils auront une bonne raison pour cela, en expliquant qu’il n’y a pas de logement pour les techniciens et leurs familles.»

Aujourd’hui, les emplois sont descendus à seulement une dizaine pour l’Ile d’Yeu d’après l’article de France Bleu du 28 juin 2023 citant Carole Charuau qui se réjouit de ces emplois!

Mais quel sera vraiment le nombre d’emplois? Un autre article de France Bleu du 10 octobre 2023 parle cette fois de 60 salariés d’Emyn sur l’Ile d’Yeu!

C’est la confusion!

La position du département

Le Conseil départemental est devenu actionnaire d’Emyn pour pouvoir peser sur les décisions et favoriser l’industrie vendéenne et les emplois dans le département.
Et il le fait plutôt bien car nous avons vu plusieurs annonces de marchés attribués à des entreprises vendéennes.

Élu au département, nous soutiendrons cet effort de favoriser les entreprises vendéennes et en particulier islaises, comme Oya Vendée Hélicoptères pour qu’ils obtiennent le contrat de transport de personnel et de matériel pour la maintenance. Ils ont anticipé depuis des années et obtenu l’agrément Offshore.

Les compensations pour l’île

Nous avons identifié 5 compensations:

  1. Quelques contrats pour des entreprises comme Oya Vendée Hélicoptères, déjà mentionnée ci-dessus.
  2. Le versement d’une redevance annuelle à la mairie après la mise en service: il s’agit d’une somme importante (estimée entre 0,5 et 1 million d’euros). Toujours ça de pris, mais à quel prix?
  3. Des compensations financières pour les pêcheurs, mais malheureusement elles ne seront pas ciblées sur les pêcheurs de l’île mais à des fédérations au niveau au-dessus. Quel partie reviendra pour l’île? Probablement bien peu.
  4. Des emplois dans la maintenance pour nos jeunes: combien ont été formés? Est-ce que la maintenance se fera vraiment depuis l’île?
  5. Et la plus importante, l’activité économique pour l’île à l’année: davantage de vie hors saison, davantage de clients pour les commerçants, davantage d’enfants dans les écoles… mais cela à condition de pouvoir recevoir les familles des techniciens de maintenance.

Le gâchis

Nous n’avons pas accès aux documents contractuels entre le consortium et la mairie.

  • La mairie devait trouver un emplacement pour installer les bureaux et les entrepôts de l’équipe de maintenance: apparemment c’est OK et un accord aurait été trouvé avec la CCI pour l’utilisation de la criée.
  • Il semblerait que les emplois sur l’Ile d’Yeu soient conditionnés à un engagement (peut-être verbal!) qu’aurait pris notre ancien maire de fournir une cinquantaine de logement pour héberger les techniciens. Mais a priori à ce jour, rien n’a été fait. Et comment développer d’ici 2025 ces 50 logements alors qu’il en manque environ autant pour loger les Islais qui en sont réduits à dormir dehors ou à quitter leur île?

Nous sommes très pessimistes sur l’avenir de la maintenance du parc depuis l’Ile d’Yeu. Car comment faire venir ces techniciens sur l’île s’il n’y a pas moyen de les loger?
Nous avons identifié quelques pistes:

  • On pourrait imaginer de les loger dans l’ancien bâtiment Juratlantique face à la gare maritime.
    Mais ce ne sont pas des logements faits pour des familles.
    Nous n’aurons alors que des techniciens célibataires géographiques qui repartiront chaque week-end chez eux vivre et consommer sur le continent.
  • Autre solution à étudier, mais il faut faire vite et il est peut-être déjà trop tard: faire racheter par le consortium le programme immobilier Kauffman&Broad s’ils arrivent à achever leurs 38 logements d’ici 2025.
    Ce serait mieux pour l’île d’avoir des familles de techniciens de maintenance dans ce programme, plutôt que de nouvelles résidences secondaires!
    Mais que vont penser les Islais qui cherchent désespérément un logement? Pourquoi donner la priorité aux éoliennes?
extrait des avis de permis de construire – 38 logements Kauffman&Broad – 2 déc 2022

Nos propositions

Vous avez vu dans notre programme que nous n’avons volontairement pas pris d’engagement pour les éoliennes.

Les autres candidats l’ont fait:

  • Pour l’une «Veiller à ce que les engagements du consortium de l’éolien en mer soient respectés».
  • Pour l’autre «Tirer au maximum profit du parc éolien offshore (emplois, retombées financières, mesures compensatoires et «Soutenir la prise de position du département, un parc éolien offshore au large des côtes de la Vendée, oui! Un deuxième parc, non!»

M’YEU Ensemble s’était engagé dans son programme 2021: «Parc Éolien, nous pensons qu’il verra le jour, mais nous nous battrons pour obtenir les emplois promis et nous nous opposerons à toute extension». Et nous écrivions «En l’absence d’engagement contractuel avec le consortium, et sans logement, nous risquons bientôt de n’avoir que nos yeux pour pleurer, avec des éoliennes et sans les emplois!»

Nous ne prenons pas d’engagement pour cette élection car nous ne voulons pas vous faire de fausses promesses pour des emplois de maintenance offerts aux jeunes islais, qui nous semblent de plus en plus hypothétiques.

Nous nous battrons quand même avec détermination pour que la maintenance se fasse sur l’île, mais par expérience nous savons que ce sera difficile à ce stade avancé du projet. Une fois de plus il aurait fallu agir, anticiper, gérer le projet et sécuriser les retombées pour notre île bien avant.

Benoit GABORIT et Yannick RIVALIN

Préserver l’environnement exceptionnel de l’Ile d’Yeu

Espace naturel
Espace naturel

Le constat

Le département possède près de 300 hectares classés en «Espaces Naturels Sensibles». Et il continue d’augmenter régulièrement cette superficie, en procédant à des préemptions ou à de simples acquisitions au prix d’1€/m² chaque fois qu’une parcelle est proposée à la vente.

C’est une très bonne chose car les actes enregistrés chez le notaire portent la mention «L’ACQUEREUR déclare que les parcelles présentement acquises seront incorporées dans le domaine public départemental au titre des espaces naturels sensibles, et feront en conséquence l’objet d’une gestion environnementale imprescriptible, en conséquence elles deviendront inaliénables». Imprescriptible et inaliénable signifient que ces terrains sont protégés pour l’éternité!

Cela concerne principalement la côte sauvage avec plus de 250 hectares, les marais, mais aussi des espaces à l’intérieur de l’île comme le bois de la Citadelle.

Une fois la première étape d’acquisition franchie, il faut mettre en place la bonne gestion de ces Espaces Naturels Sensibles pour les protéger, les entretenir et maintenir la bio-diversité.

Cela nécessite d’impliquer plusieurs catégories d’acteurs :

  • Les terrains, propriété du département, ne sont pas regroupés en une seule grande parcelle, mais souvent en une multitude de petites parcelles séparées par des parcelles qui appartiennent à des propriétaires privés: un vrai gruyère!
  • Une partie des terrains est gérée sous convention avec la Société de Chasse, qui organise des coupes : cela consiste à défricher de larges allées qui ont un intérêt majeur dans la lutte contre les incendies, en créant des barrières sans combustible qui ralentissent la propagation des incendies et facilitent l’intervention des pompiers pour les éteindre. Ainsi, l’entretien réalisé par les chasseurs a contribué à limiter la propagation de l’incendie de 5 hectares le 14 juillet 2022, qui a déclenché l’intervention de moyens importants du SDIS, amenés sur l’île par le canot de la SNSM et par une traversée supplémentaire de l’Insula Oya.
  • Une autre partie des terrains, plusieurs dizaines d’hectares, a été confiée par convention à des agriculteurs, pour du pâturage. Les bêtes peuvent ainsi y paître et contribuent à l’entretien de ces parcelles.
  • Sans oublier les associations de défense de l’environnement.

Le plan d’actions

Et c’est là que cela se complique! Car même si le département agit déjà dans le bon sens pour mettre en place des plans de gestion de ces Espaces Naturels Sensibles, il reste beaucoup de travail pour coordonner tous ces acteurs, et engager les mesures adaptées:

  1. Communiquer plus auprès des propriétaires privés pour les faire adhérer aux plans de gestion et «boucher les trous du gruyère».
  2. Réunir les Islais, chasseurs, agriculteurs, représentants des promeneurs et associations environnementales pour organiser le dialogue et la concertation. Il faut une relation apaisée et une bonne entente entre toutes ces populations pour une gestion coordonnée des Espaces Naturels Sensibles. Nous devons être tous acteurs. C’est la nature et la biodiversité qui en bénéficieront au final.
  3. Éviter les mesures prises sans concertation, comme la pose de clôtures en fil de fer barbelé entre le Grand Phare et la mer et financée par le département: C’est plus efficace pour contenir les troupeaux, mais un peu plus de concertation aurait sûrement permis de trouver d’autres solutions, ou alors de limiter à un seul fil barbelé en haut de la clôture: ainsi les petits animaux, les chiens ou les jeunes enfants auraient eu moins de risque de se blesser sur le barbelé du bas!
  4. Intensifier les mesures et les aides financières aux différents acteurs pour:
    -la préservation de la mosaïque des paysages,
    -la réhabilitation de l’hydraulique des mares et fossés,
    -la plantation de haies bocagères,
    -la mise en place de plans de reboisement.
    Ces mesures concrètes présentent de nombreux avantages: créer des refuges pour la vie animale et des abris favorables à la biodiversité, procurer de l’ombre, de la fraîcheur et limiter l’évaporation des sols pendant les épisodes de sécheresse estivale, et protéger des rafales pendant les coups de vent en hiver: un plan 100% gagnant!

La tâche est importante, mais les enjeux sont immenses pour préserver la nature exceptionnelle de l’Ile d’Yeu et la beauté de ses paysages. Nous comptons nous y atteler avec détermination.

Benoit GABORIT et Yannick RIVALIN

Comment nous comptons agir pour le logement

Le casse-tête du logement
Le casse-tête du logement

Le constat

Le constat est clair : c’est le sujet critique depuis des années!

Face à un prix du foncier qui explose, lié à l’attractivité de notre île, la population islaise n’a plus les moyens d’acheter une maison.

L’auto-construction a été la solution pour certains, sur des petites parcelles transmises par la famille, ou achetées à la mairie quand elle en met en vente.

Mais cela ne suffit pas, et cela devient de plus en plus compliqué:

  • Les banques deviennent très réticentes à financer l’auto-construction.
  • Les familles n’ont pas toujours de terrain à proposer.
  • Et la mairie peine à viabiliser et commercialiser des terrains: ses projets traînent des années.

Et tout le monde n’a pas vocation à devenir propriétaire. Certains n’ont pas la capacité d’emprunter. Certains sont juste «de passage» sur l’île, comme de nombreux professionnels, enseignants, fonctionnaires, médecins ou autres soignants. Il faut développer une offre locative, à prix de marché pour ceux qui ont des revenus suffisants, ou en logement social pour les autres.

La mairie tente des actions contradictoires (subvention de 5 à 8000€ pour louer à l’année ET subvention aux meublés de tourisme pour le classement!). Elle majore la taxe d’habitation qui impacte de nombreux Islais, mais n’a pas de programme réel et concret de construction.

Les chiffres parlent d’eux mêmes:

  • Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes publié le 24 janvier 2023 nous classe 14e sur 16 pour les îles du Ponant, avec moins de 2% de logements sociaux.
  • Et ce même rapport indique que la moyenne nationale est de 14,5% pour les communes de 5000 à 9000 habitants. Pourquoi un tel retard?
source : Chambre Régionale des Comptes – rapport sur les îles du Ponant – 24/01/2023

D’autres chiffres, concernant les logements locatifs de Vendée Habitat:

  • 111 logements sociaux sur l’île,
  • dont 78 construits avant 2005 au rythme de 3,4 par an,
  • et seulement 33 depuis 2005 au rythme de 1,8 par an!

En même temps, Vendée Habitat prévoit de construire 2000 logements d’ici 2026 : «Vendée Habitat est prêt à relever le défi de passer de 250 à 400 logements par an» (Isabelle Rivière, Présidente de Vendée Habitat, lors de la session du conseil Départemental).

Notre volonté

Vendée Habitat est un établissement public rattaché au département, qui a pour mission de fournir du logement locatif. Notre ancien conseiller départemental décédé en était administrateur, donc il est probable que le futur élu reprendra ce poste d’administrateur.

Nous voulons mettre Vendée Habitat devant sa responsabilité pour qu’il honore la mission que lui a confiée le département et construise nos logements.

Nous comprenons que ce n’est pas facile, et si l’Île d’Yeu est oubliée, c’est que construire est plus compliqué ici qu’ailleurs : distance, coût de construction, difficulté de trouver des entreprises… Mais rien n’est impossible avec de la détermination!

Que Vendée Habitat commence par réaliser le lotissement des Rieux au bourg, programmé depuis des années, puis développe de nouveaux logements. Le foncier ne manque pas, la mairie dispose d’un stock très important de terrains. Et il s’est agrandi d’environ 20000m² en zone constructible il y a 1 an avec l’annexion des biens sans maîtres. C’est l’équivalent à 50 parcelles de 400m²!

En tant que conseiller départemental, je compte intervenir pour coordonner l’action de Vendée Habitat et de la mairie afin de lancer et suivre la mise en œuvre des programmes de construction de logements locatifs.

L’entretien du parc existant

Autre sujet, moins critique mais qui a son importance: l’entretien des logements existants. C’est d’ailleurs un des 7 axes stratégiques annoncé par Vendée Habitat: «Renforcer l’entretien de son patrimoine pour maintenir une forte attractivité permettra à Vendée Habitat de répondre aux enjeux territoriaux et sociaux de demain. [..] L’objectif étant de proposer aux locataires de disposer d’un habitat économe, adapté, sobre, mais également agréable à vivre tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.»

Nous lui demanderons donc également de mieux entretenir ses résidences. Il y a du boulot sur l’île! Chacun mérite un logement digne et un coup de peinture ne serait pas du luxe!

Benoit GABORIT et Yannick RIVALIN