Nos collèges

Les départements s’occupent des collèges: construction, réparation et entretien, restauration scolaire et gestion des agents qui y travaillent.

Les collégiens de l’Ile d’Yeu doivent continuer à étudier dans de bonnes conditions bien entendu et nous suivrons de très près les demandes de financement pour la rénovation et l’entretien des bâtiments et le maintien des agents. Rappelons que les élus départementaux siègent au conseil d’administration du collège à côté de l’élu municipal en charge de la jeunesse. Nous partagerons, nous l’espérons, le même souci, qui est le bien être de vos enfants au collège et la réussite dans leurs études.

Nous mènerons une action pour améliorer la logistique de la restauration scolaire qui est partagée aujourd’hui par le collège public et le collège privé et ne permet pas à tous de déjeuner dans de bonnes conditions.

Choisir la bonne orientation

Nos jeunes doivent avoir les moyens de s’orienter dans des filières qui recrutent en Vendée et plus largement en Pays de La Loire. Pour cela nous proposerons au conseil départemental de mieux accompagner la recherche du stage de 3ème. Accompagnement qui pourrait se faire en développant les échanges et les réseaux entre l’Ile d’Yeu et la Vendée grâce à notre participation active au conseil départemental. En ouvrant nos jeunes sur les métiers et professions qui n’existent pas forcément sur l’ile, on peut ouvrir leur curiosité et leur donner envie d’aller plus loin, ce qui est toujours très motivant pour s’accrocher à ses études.

Aider les filles à s’épanouir

Nous mènerons une action spécifique auprès des collégiennes, pour qu’elles se sentent libres d’aller dans des métiers qu’elles imaginent masculins (souvent les métiers scientifiques et techniques porteurs d’emploi). Les filles sont aussi bonnes que leurs camarades garçons en math, physique et biologie. Il faut encourager de façon plus active celles qui ont envie de poursuivre dans ces voies. Nous engagerons donc une action au département pour que l’orientation en fin de collège soit beaucoup plus inclusive.

Nautisme, environnement, recherche, autant de filières à développer

Nous avons tous suivi la fabuleuse performance de Benjamin Dutreux et on est très fier de son parcours. Il nous montre aussi que la filière des formations et métiers liés à la mer doit être encore plus développée et qu’elle a du sens en Vendée.

En plus de la filière nautique, Yeu a une carte à jouer sur la filière des métiers liés à la défense de l’environnement et aux enjeux climatiques. Les actions pédagogiques ont déjà commencé grâce aux ateliers scientifiques d’ODySéYeu déployés dans les deux collèges. Nous les soutiendrons et pensons qu’il faut monter en puissance dans les prochaines années pour que les jeunes découvrent et s’intéressent davantage aux métiers scientifiques: métiers du numérique, métiers de la physique, de la biologie, de l’agroécologie. On sait déjà que ces secteurs sont porteurs, et que l’emploi est souvent bien rémunéré. Tout cela se prépare dès aujourd’hui pour que vos enfants ne se retrouvent pas dans 10 ans sans formation et sans emploi ou dans des métiers qui n’existent déjà plus.

Nos enfants sont notre avenir, nous devons les accompagner dès aujourd’hui pour construire leur île de demain.

Rapprocher l’île du continent

Les Vendéens sont attachés à leur famille. A l’Ile d’Yeu, plus qu’ailleurs, voir sa famille est un vrai sujet: les familles sont divisées avec un pied sur le continent, un pied sur le caillou. Il nous semble essentiel de pouvoir faciliter au maximum les rapprochements entre islais et apparentés insulaires, les ex-islais, sans parler des amis !

Nous souhaitons, si nous sommes élus, pouvoir proposer des tarifs spéciaux pour les apparentés insulaires en période de fêtes pour que le prix des billets pour une famille ne soit plus un problème.

De nombreuses personnes rencontrent des difficultés à envoyer leur jeunes enfants sur le continent, nous mettrons en place un accompagnement des enfants de moins de 12 ans avec prise en charge avant l’embarquement et remise à la famille à l’arrivée.

La demande est aussi très importante pour un horaire de bateau en milieu de journée hors saison au moins un jour par semaine, le mercredi ou le samedi. Il faut trouver une solution pour éviter de longues attentes sur le continent pour un court rendez-vous médical ou une compétition sportive.

Nous serons vigilants, même si c’est une compétence régionale, à obtenir des horaires plus cohérents entre les bateaux et les transports publics. Le réseau régional des TER va être ouvert à la concurrence, il faut en profiter pour travailler sur les horaires des liaisons.

Et pour ceux qui attendent le bus ou le bateau, nous souhaitons aménager un espace d’attente où l’on peut travailler, équipé de tables, de wifi, de prises de courant et bien chauffé en hiver ! Nous en avons besoin à Fromentine mais aussi à l’Ile d’Yeu pour offrir aux professionnels un espace de coworking, très utile à tous les étudiants et télétravailleurs. Ils sont de plus en plus nombreux dans les gares et répondent aux nouveaux modes de travail.

Enfin, nous pensons qu’il est possible d’aménager un point relais-colis au service marchandises de la gare maritime, pour éviter d’avoir à faire des allers-retours compliqués et laborieux sur le continent pour un simple paquet.

Oya HélicoIl va de soi que nous ferons tout pour maintenir la liaison par hélicoptère pour les évacuations sanitaires et médicales. Nous veillerons à ce que tous les grands malades puissent profiter de tarifs adaptés en hélico pour pouvoir aller faire leurs soins régulièrement sur le continent. On entend dire que cette liaison pourrait être remise en cause si les conseillers départementaux ne viennent pas de la majorité municipale? Nous nous étonnons ! Comment peut-on imaginer se passer de cette précieuse liaison, surtout après l’épidémie que nous venons d’affronter ensemble !

Nos propositions pour l’environnement

Nos zones naturelles

Espace naturel

Les zones naturelles protégées sont la richesse de notre île, elles font sa beauté. Bafouer ce paysage qui fait partie du patrimoine de l’ile revient à transformer l’Ile d’Yeu en Ville d’Yeu. La protection des espaces naturels n’est plus négociable si l’on veut continuer à profiter de leurs bienfaits (calme, nature sauvage, chants des oiseaux…) Cet environnement qui nous est cher ne perdure que si il est protégé de toutes parts.
Nous mettrons en place en partenariat avec le département et avec tous les acteurs locaux, (propriétaires, agriculteurs et association de chasse…), un plan de gestion en faveur de la biodiversité, de la friche et de la conservation des zones humides.

Notre alimentation

marché

Bien manger c’est important, les fruits et légumes produits sur l’île, les produits de la pêche et de l’élevage ont le bon goût de l’Ile d’Yeu. Nous souhaitons donc encourager l’achat local et les circuits courts, notamment pour la cantine et les restaurants des Collèges et EHPAD.

Adoucir notre mobilité

Circulation à vélo
Circulation à vélo

La planète se réchauffe et l’ile d’Yeu n’y échappera pas. Il est impératif de réduire nos émissions à effets de serre.
Nous souhaitons encourager la mobilité positive avec un usage accru du vélo dans tous nos déplacements courants. Nous préférons le vélo plutôt que la voiture chaque fois que c’est possible: beaucoup de voitures sont déjà stationnées partout, cela défigure l’espace public qui n’est pas extensible et le vélo est bon pour la santé!

Pour cela nous travaillerons sur trois mesures phares:

    • Aide à l’achat de vélos électriques pour les particuliers et les professionnels (triporteurs).
    • Création d’un abri de stationnement sécurisé pour les vélos près de la gare pour pouvoir les laisser plusieurs jours quand on part sur le continent, limiter les conduites au bateau et désengorger les parkings autour du port.
    • Installation et marquage au sol pour des pistes cyclable sécurisées, afin de protéger nos enfants qui vont au collège et à l’école.

Climat et littoral

Nous voyons à plus long terme, et nous savons déjà que le réchauffement climatique conduira à une montée des eaux, plus ou moins grande, les scientifiques suivent cela de très près. Nous devons nous préparer sur notre île et donner aux chercheurs déjà sur place les moyens pour à la fois surveiller le trait de côte, sensibiliser les islais à l’urgence climatique et nous aider à anticiper les phénomènes d’érosion et de submersion.

Enfin nous demanderons au Conseil Départemental de prendre en compte les enjeux climatiques à chaque décision. Il s’agira pour toute action menée par lui de savoir quelle seront ses conséquences négatives mais aussi positives sur l’environnement: conséquences en terme de réchauffement climatique, disparition d’espèces végétales ou animales, pollution de l’eau, de l’air, des sols, épuisement des ressources naturelles.
L’impact environnemental deviendra alors un réflexe dans toutes nos décisions et actions.

Il y a urgence

Les questions de l’environnement ne peuvent se résumer à un débat politique ou à une lutte de pouvoir. Ici plus qu’ailleurs, elles nous concernent tous et l’avenir de l’île d’Yeu, territoire contraint entouré d’eau dépend des solutions que nous mettrons en œuvre pour la protéger. Il faut agir maintenant et ensemble.

Nos propositions pour nos aînés et les plus fragiles

Bien vieillir
Bien vieillir

Notre premier souci concerne nos ainés mais nous concerne aussi, car nous vieillissons tous !

Dans 20 ans plus de la moitié de la population de l’ile d’Yeu aura plus de 60 ans. Nous devons dès aujourd’hui nous y préparer:

    • Il est grand temps que le regroupement des EHPAD se fasse, on l’attend depuis 10 ans déjà!
    • Développer les outils pour maintenir le plus longtemps nos ainés à domicile (surveillance de nuit et le week-end notamment).
    • Proposer aux aidants familiaux une solution de répit en organisant un accueil ponctuel dans les EHPAD d’un ou plusieurs jours, pour pouvoir nous rendre sur le continent ou faire une petite pause!
    • Renégocier avec l’ARS pour avoir une structure correcte (un vrai PASA et pas seulement quelques places) pour accueillir les personnes atteintes de maladies neurodégénératives. 18 % des plus de 75 ans sont atteints de troubles cognitifs et la fondation France Alzheimer prévoit le doublement de ce nombre de malades d’ici 2050.
    • Prévoir des solutions de logement pour le personnel soignant.
    • Retravailler sur la création d’une structure d’accueil pour les personnes handicapés (l’ARS préconisait dès 2019 de mettre en place un groupe de travail sur ce sujet avec la MDPH).

Quel avenir pour l’estacade?

L'estacade de Port Joinville

Certains l’ont peut-être remarqué dans le « Journal de la Vendée » du mois d’avril. Le conseil départemental lancera à l’automne 2021 la déconstruction de la passerelle de la Galiotte (l’estacade).

Le département prévoit de déconstruire l'estacade!
Journal de la Vendée – avril 2021

Aucune précision sur la suite… Vont-ils simplement la détruire et laisser Port Joinville sans cette estacade qui fait partie de notre patrimoine? Ou bien y a-t-il un autre projet de reconstruction plus tard? Une fois de plus, c’est opaque, rien n’est dit!

Carole Charuau et Bruno Noury viennent de dire à Ouest France qu’ils prévoient dans leur programme la réfection de l’estacade. Mais pourquoi ne l’ont-ils pas fait plus tôt, pour que cette réfection se fasse en même temps que la déconstruction, au lieu d’attendre, peut être plusieurs années? Est-ce simplement pour copier nos propositions?

En même temps, le conseil départemental annonce dans le numéro de mai qu’il a reconstruit à l’identique les estacades du port du Pont-Neuf à la Barre de Monts, pour « mettre en valeur notre patrimoine ».

La Barre de Monts a eu droit à de nouvelles estacades!
Journal de la Vendée – mai 2021

Quand nous serons élus, nous nous battrons en toute transparence et nous ferons tout pour faire reconstruire l’estacade. Cet ouvrage doit survivre et mériterait d’être classé monument historique.

Qui n’a pas un père, un oncle ou un grand-père qui utilisait cette estacade et son chemin de halage pour accoster au retour d’une campagne de pêche et haler le bateau à l’abri dans le port?

Et souvenez-vous des plongeons des jeunes depuis cette estacade pour saluer les retrouvailles ou les séparations à l’arrivée et au départ de la Vendée ou du Président Auguste Durand… C’était peut être un peu dangereux, et surtout très interdit, mais c’est notre Histoire!

Et combien de rendez-vous romantiques 💖 vont sombrer dans l’oubli si l’estacade disparaît 🙁 ?