Préserver l’environnement exceptionnel de l’Ile d’Yeu

Espace naturel
Espace naturel

Le constat

Le département possède près de 300 hectares classés en «Espaces Naturels Sensibles». Et il continue d’augmenter régulièrement cette superficie, en procédant à des préemptions ou à de simples acquisitions au prix d’1€/m² chaque fois qu’une parcelle est proposée à la vente.

C’est une très bonne chose car les actes enregistrés chez le notaire portent la mention «L’ACQUEREUR déclare que les parcelles présentement acquises seront incorporées dans le domaine public départemental au titre des espaces naturels sensibles, et feront en conséquence l’objet d’une gestion environnementale imprescriptible, en conséquence elles deviendront inaliénables». Imprescriptible et inaliénable signifient que ces terrains sont protégés pour l’éternité!

Cela concerne principalement la côte sauvage avec plus de 250 hectares, les marais, mais aussi des espaces à l’intérieur de l’île comme le bois de la Citadelle.

Une fois la première étape d’acquisition franchie, il faut mettre en place la bonne gestion de ces Espaces Naturels Sensibles pour les protéger, les entretenir et maintenir la bio-diversité.

Cela nécessite d’impliquer plusieurs catégories d’acteurs :

  • Les terrains, propriété du département, ne sont pas regroupés en une seule grande parcelle, mais souvent en une multitude de petites parcelles séparées par des parcelles qui appartiennent à des propriétaires privés: un vrai gruyère!
  • Une partie des terrains est gérée sous convention avec la Société de Chasse, qui organise des coupes : cela consiste à défricher de larges allées qui ont un intérêt majeur dans la lutte contre les incendies, en créant des barrières sans combustible qui ralentissent la propagation des incendies et facilitent l’intervention des pompiers pour les éteindre. Ainsi, l’entretien réalisé par les chasseurs a contribué à limiter la propagation de l’incendie de 5 hectares le 14 juillet 2022, qui a déclenché l’intervention de moyens importants du SDIS, amenés sur l’île par le canot de la SNSM et par une traversée supplémentaire de l’Insula Oya.
  • Une autre partie des terrains, plusieurs dizaines d’hectares, a été confiée par convention à des agriculteurs, pour du pâturage. Les bêtes peuvent ainsi y paître et contribuent à l’entretien de ces parcelles.
  • Sans oublier les associations de défense de l’environnement.

Le plan d’actions

Et c’est là que cela se complique! Car même si le département agit déjà dans le bon sens pour mettre en place des plans de gestion de ces Espaces Naturels Sensibles, il reste beaucoup de travail pour coordonner tous ces acteurs, et engager les mesures adaptées:

  1. Communiquer plus auprès des propriétaires privés pour les faire adhérer aux plans de gestion et «boucher les trous du gruyère».
  2. Réunir les Islais, chasseurs, agriculteurs, représentants des promeneurs et associations environnementales pour organiser le dialogue et la concertation. Il faut une relation apaisée et une bonne entente entre toutes ces populations pour une gestion coordonnée des Espaces Naturels Sensibles. Nous devons être tous acteurs. C’est la nature et la biodiversité qui en bénéficieront au final.
  3. Éviter les mesures prises sans concertation, comme la pose de clôtures en fil de fer barbelé entre le Grand Phare et la mer et financée par le département: C’est plus efficace pour contenir les troupeaux, mais un peu plus de concertation aurait sûrement permis de trouver d’autres solutions, ou alors de limiter à un seul fil barbelé en haut de la clôture: ainsi les petits animaux, les chiens ou les jeunes enfants auraient eu moins de risque de se blesser sur le barbelé du bas!
  4. Intensifier les mesures et les aides financières aux différents acteurs pour:
    -la préservation de la mosaïque des paysages,
    -la réhabilitation de l’hydraulique des mares et fossés,
    -la plantation de haies bocagères,
    -la mise en place de plans de reboisement.
    Ces mesures concrètes présentent de nombreux avantages: créer des refuges pour la vie animale et des abris favorables à la biodiversité, procurer de l’ombre, de la fraîcheur et limiter l’évaporation des sols pendant les épisodes de sécheresse estivale, et protéger des rafales pendant les coups de vent en hiver: un plan 100% gagnant!

La tâche est importante, mais les enjeux sont immenses pour préserver la nature exceptionnelle de l’Ile d’Yeu et la beauté de ses paysages. Nous comptons nous y atteler avec détermination.

Benoit GABORIT et Yannick RIVALIN

Comment nous comptons agir pour le logement

Le casse-tête du logement
Le casse-tête du logement

Le constat

Le constat est clair : c’est le sujet critique depuis des années!

Face à un prix du foncier qui explose, lié à l’attractivité de notre île, la population islaise n’a plus les moyens d’acheter une maison.

L’auto-construction a été la solution pour certains, sur des petites parcelles transmises par la famille, ou achetées à la mairie quand elle en met en vente.

Mais cela ne suffit pas, et cela devient de plus en plus compliqué:

  • Les banques deviennent très réticentes à financer l’auto-construction.
  • Les familles n’ont pas toujours de terrain à proposer.
  • Et la mairie peine à viabiliser et commercialiser des terrains: ses projets traînent des années.

Et tout le monde n’a pas vocation à devenir propriétaire. Certains n’ont pas la capacité d’emprunter. Certains sont juste «de passage» sur l’île, comme de nombreux professionnels, enseignants, fonctionnaires, médecins ou autres soignants. Il faut développer une offre locative, à prix de marché pour ceux qui ont des revenus suffisants, ou en logement social pour les autres.

La mairie tente des actions contradictoires (subvention de 5 à 8000€ pour louer à l’année ET subvention aux meublés de tourisme pour le classement!). Elle majore la taxe d’habitation qui impacte de nombreux Islais, mais n’a pas de programme réel et concret de construction.

Les chiffres parlent d’eux mêmes:

  • Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes publié le 24 janvier 2023 nous classe 14e sur 16 pour les îles du Ponant, avec moins de 2% de logements sociaux.
  • Et ce même rapport indique que la moyenne nationale est de 14,5% pour les communes de 5000 à 9000 habitants. Pourquoi un tel retard?
source : Chambre Régionale des Comptes – rapport sur les îles du Ponant – 24/01/2023

D’autres chiffres, concernant les logements locatifs de Vendée Habitat:

  • 111 logements sociaux sur l’île,
  • dont 78 construits avant 2005 au rythme de 3,4 par an,
  • et seulement 33 depuis 2005 au rythme de 1,8 par an!

En même temps, Vendée Habitat prévoit de construire 2000 logements d’ici 2026 : «Vendée Habitat est prêt à relever le défi de passer de 250 à 400 logements par an» (Isabelle Rivière, Présidente de Vendée Habitat, lors de la session du conseil Départemental).

Notre volonté

Vendée Habitat est un établissement public rattaché au département, qui a pour mission de fournir du logement locatif. Notre ancien conseiller départemental décédé en était administrateur, donc il est probable que le futur élu reprendra ce poste d’administrateur.

Nous voulons mettre Vendée Habitat devant sa responsabilité pour qu’il honore la mission que lui a confiée le département et construise nos logements.

Nous comprenons que ce n’est pas facile, et si l’Île d’Yeu est oubliée, c’est que construire est plus compliqué ici qu’ailleurs : distance, coût de construction, difficulté de trouver des entreprises… Mais rien n’est impossible avec de la détermination!

Que Vendée Habitat commence par réaliser le lotissement des Rieux au bourg, programmé depuis des années, puis développe de nouveaux logements. Le foncier ne manque pas, la mairie dispose d’un stock très important de terrains. Et il s’est agrandi d’environ 20000m² en zone constructible il y a 1 an avec l’annexion des biens sans maîtres. C’est l’équivalent à 50 parcelles de 400m²!

En tant que conseiller départemental, je compte intervenir pour coordonner l’action de Vendée Habitat et de la mairie afin de lancer et suivre la mise en œuvre des programmes de construction de logements locatifs.

L’entretien du parc existant

Autre sujet, moins critique mais qui a son importance: l’entretien des logements existants. C’est d’ailleurs un des 7 axes stratégiques annoncé par Vendée Habitat: «Renforcer l’entretien de son patrimoine pour maintenir une forte attractivité permettra à Vendée Habitat de répondre aux enjeux territoriaux et sociaux de demain. [..] L’objectif étant de proposer aux locataires de disposer d’un habitat économe, adapté, sobre, mais également agréable à vivre tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.»

Nous lui demanderons donc également de mieux entretenir ses résidences. Il y a du boulot sur l’île! Chacun mérite un logement digne et un coup de peinture ne serait pas du luxe!

Benoit GABORIT et Yannick RIVALIN

4 ans déjà !

Aux 2/3 du mandat, voici un point sur des engagements qui n’ont pas été tenus:

  • Logement: où sont les lotissement de la Chironnière et de la Tonnelle? Et les 10 logements locatifs impasse des Rieux? A part 7 terrains tirés au sort au printemps, il n’est rien sorti de concret!
  • Rénovation de l’arrière port!
  • Ateliers à la Marêche: prévus début 2023 et ne verront pas le jour avant 2025!
  • La nouvelle mairie, prévue en juin 2021 n’a toujours pas été inaugurée. La médiathèque va finir par dépasser 3 ans de retard!
  • Restauration de l’église du Port en 2020!
  • Enfouissement des poteaux d’ici 2030? Ce serait 2034, et que là où il y a des poteaux électriques. Il faudra au moins 5 ou 10 ans de plus pour les rues avec seulement des poteaux téléphoniques!
  • Première tranche de la rocade!
  • Aménagement du Port de la Meule!
  • Pôle Solidarité!
  • Agrandissement des Chênes Verts pour y regrouper les 2 EHPAD: abandonné!
  • Santé: 1/2 dentiste gagné, combien de médecins perdus?
  • Réfection de la ceinture fortifiée du vieux Château et du Moulin de Grand Chemin!
  • Enfouir les cuves de carburant pour baisser de 10cts le prix de l’essence d’ici fin 2021: abandonné!
  • Participation Citoyenne: où sont les «commissions municipales ouvertes aux citoyens» et la «réunion publique annuelle» promises?

2023 restera marquée par le décès tragique de notre ancien maire. Nous souhaitons au nouveau maire et à son équipe tous nos vœux de réussite sur les 2 années qui restent, pour le bien de notre île et de tous ses résidents.

Bulletin municipal été 2023

La majorité municipale a voté la majoration de 60 % de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires, décision annulée par la préfecture pour 2023. Mais il est sûr que cette majoration sera revotée pour l’année 2024. Elle ne concerne pas que les résidences secondaires, mais aussi tous les logements qui ne sont pas des résidences principales, comme ceux appartenant à des Islais et mis en location saisonnière.

M’YEU Ensemble a voté contre, car nous pensons que sans de projet concret, chiffré et correctement planifié, rien ne sert d’augmenter la fiscalité locale. Quand un vrai projet de création de logement à l’année nous sera présenté, nous reverrons notre position.

La nouvelle conserverie vient de sortir de terre sur le parking Neptune. Nous soutenons la création d’emploi sur l’île, mais nous pensons que l’implantation et l’architecture auraient dû être travaillées pour laisser plus de largeur au trottoir et avec des fenêtres en façade pour adoucir l’aspect entrepôt.

Un garage pour la voiture de la police municipale est prévu sur le très coûteux nouveau parking de l’église du Port. Quel gaspillage d’argent !

Enfin, la bonne nouvelle est que le département de Vendée est d’accord pour reconstruire l’estacade, pas en acier riveté mais en aluminium, et c’est mieux que rien. Nous comptons sur les représentants de l’île au département pour suivre de près ce projet et son esthétique.

Très bonnes vacances à ceux qui se reposent et très bonne saison à ceux qui travaillent cet été !

Bulletin hiver 2022

Quartier des Usines

La réhabilitation du quartier des Usines était un thème majeur de notre campagne municipales de 2020.

Nous sommes heureux de vous apprendre que la majorité municipale a décidé de reprendre notre proposition, et a soumis au vote du Conseil Municipal de juillet le lancement des études préalables sur l’aménagement du quartier et la rénovation de la SPAY et de l’Encan.

Nous avons bien entendu voté pour ce projet, qui a donc été approuvé à l’unanimité.

Le coût pour la 1ère phase SPAY/Encan est estimé à 14 millions d’euros HT. Pour tout le quartier il faudra plus du double. Avec l’inflation, espérons que le budget de la commune pourra sortir tout cet argent !

Si tout va bien, les travaux de la 1ère phase s’achèveront en 2026.

Mauvaise communication sur les travaux

Vous avez sûrement constaté avec surprise le début des travaux pour la construction du nouveau bâtiment de la Conserverie de l’Île d’Yeu, avec la suppression du parking Neptune et l’arrachage des pins qui le bordaient.

Pour compenser le manque de places de parking, vous êtes allés garer votre voiture sur le parking de l’Église du Port… mais pas de chance, juste avant le début des vacances de la Toussaint, il a aussi été fermé !

Le manque de communication est déplorable : c’était facile de poser de grands panneaux sur ces sites courant septembre pour mieux vous prévenir !

Suivez-nous sur Facebook M’YEU Ensemble et venez nous rencontrer le 3e mardis du mois à 18h à l’École des Pêches, au 1er étage.