Rapprocher l’île du continent

Les Vendéens sont attachés à leur famille. A l’Ile d’Yeu, plus qu’ailleurs, voir sa famille est un vrai sujet: les familles sont divisées avec un pied sur le continent, un pied sur le caillou. Il nous semble essentiel de pouvoir faciliter au maximum les rapprochements entre islais et apparentés insulaires, les ex-islais, sans parler des amis !

Nous souhaitons, si nous sommes élus, pouvoir proposer des tarifs spéciaux pour les apparentés insulaires en période de fêtes pour que le prix des billets pour une famille ne soit plus un problème.

De nombreuses personnes rencontrent des difficultés à envoyer leur jeunes enfants sur le continent, nous mettrons en place un accompagnement des enfants de moins de 12 ans avec prise en charge avant l’embarquement et remise à la famille à l’arrivée.

La demande est aussi très importante pour un horaire de bateau en milieu de journée hors saison au moins un jour par semaine, le mercredi ou le samedi. Il faut trouver une solution pour éviter de longues attentes sur le continent pour un court rendez-vous médical ou une compétition sportive.

Nous serons vigilants, même si c’est une compétence régionale, à obtenir des horaires plus cohérents entre les bateaux et les transports publics. Le réseau régional des TER va être ouvert à la concurrence, il faut en profiter pour travailler sur les horaires des liaisons.

Et pour ceux qui attendent le bus ou le bateau, nous souhaitons aménager un espace d’attente où l’on peut travailler, équipé de tables, de wifi, de prises de courant et bien chauffé en hiver ! Nous en avons besoin à Fromentine mais aussi à l’Ile d’Yeu pour offrir aux professionnels un espace de coworking, très utile à tous les étudiants et télétravailleurs. Ils sont de plus en plus nombreux dans les gares et répondent aux nouveaux modes de travail.

Enfin, nous pensons qu’il est possible d’aménager un point relais-colis au service marchandises de la gare maritime, pour éviter d’avoir à faire des allers-retours compliqués et laborieux sur le continent pour un simple paquet.

Oya HélicoIl va de soi que nous ferons tout pour maintenir la liaison par hélicoptère pour les évacuations sanitaires et médicales. Nous veillerons à ce que tous les grands malades puissent profiter de tarifs adaptés en hélico pour pouvoir aller faire leurs soins régulièrement sur le continent. On entend dire que cette liaison pourrait être remise en cause si les conseillers départementaux ne viennent pas de la majorité municipale? Nous nous étonnons ! Comment peut-on imaginer se passer de cette précieuse liaison, surtout après l’épidémie que nous venons d’affronter ensemble !

Nos propositions pour l’environnement

Nos zones naturelles

Espace naturel

Les zones naturelles protégées sont la richesse de notre île, elles font sa beauté. Bafouer ce paysage qui fait partie du patrimoine de l’ile revient à transformer l’Ile d’Yeu en Ville d’Yeu. La protection des espaces naturels n’est plus négociable si l’on veut continuer à profiter de leurs bienfaits (calme, nature sauvage, chants des oiseaux…) Cet environnement qui nous est cher ne perdure que si il est protégé de toutes parts.
Nous mettrons en place en partenariat avec le département et avec tous les acteurs locaux, (propriétaires, agriculteurs et association de chasse…), un plan de gestion en faveur de la biodiversité, de la friche et de la conservation des zones humides.

Notre alimentation

marché

Bien manger c’est important, les fruits et légumes produits sur l’île, les produits de la pêche et de l’élevage ont le bon goût de l’Ile d’Yeu. Nous souhaitons donc encourager l’achat local et les circuits courts, notamment pour la cantine et les restaurants des Collèges et EHPAD.

Adoucir notre mobilité

Circulation à vélo
Circulation à vélo

La planète se réchauffe et l’ile d’Yeu n’y échappera pas. Il est impératif de réduire nos émissions à effets de serre.
Nous souhaitons encourager la mobilité positive avec un usage accru du vélo dans tous nos déplacements courants. Nous préférons le vélo plutôt que la voiture chaque fois que c’est possible: beaucoup de voitures sont déjà stationnées partout, cela défigure l’espace public qui n’est pas extensible et le vélo est bon pour la santé!

Pour cela nous travaillerons sur trois mesures phares:

    • Aide à l’achat de vélos électriques pour les particuliers et les professionnels (triporteurs).
    • Création d’un abri de stationnement sécurisé pour les vélos près de la gare pour pouvoir les laisser plusieurs jours quand on part sur le continent, limiter les conduites au bateau et désengorger les parkings autour du port.
    • Installation et marquage au sol pour des pistes cyclable sécurisées, afin de protéger nos enfants qui vont au collège et à l’école.

Climat et littoral

Nous voyons à plus long terme, et nous savons déjà que le réchauffement climatique conduira à une montée des eaux, plus ou moins grande, les scientifiques suivent cela de très près. Nous devons nous préparer sur notre île et donner aux chercheurs déjà sur place les moyens pour à la fois surveiller le trait de côte, sensibiliser les islais à l’urgence climatique et nous aider à anticiper les phénomènes d’érosion et de submersion.

Enfin nous demanderons au Conseil Départemental de prendre en compte les enjeux climatiques à chaque décision. Il s’agira pour toute action menée par lui de savoir quelle seront ses conséquences négatives mais aussi positives sur l’environnement: conséquences en terme de réchauffement climatique, disparition d’espèces végétales ou animales, pollution de l’eau, de l’air, des sols, épuisement des ressources naturelles.
L’impact environnemental deviendra alors un réflexe dans toutes nos décisions et actions.

Il y a urgence

Les questions de l’environnement ne peuvent se résumer à un débat politique ou à une lutte de pouvoir. Ici plus qu’ailleurs, elles nous concernent tous et l’avenir de l’île d’Yeu, territoire contraint entouré d’eau dépend des solutions que nous mettrons en œuvre pour la protéger. Il faut agir maintenant et ensemble.

Nos propositions pour nos aînés et les plus fragiles

Bien vieillir
Bien vieillir

Notre premier souci concerne nos ainés mais nous concerne aussi, car nous vieillissons tous !

Dans 20 ans plus de la moitié de la population de l’ile d’Yeu aura plus de 60 ans. Nous devons dès aujourd’hui nous y préparer:

    • Il est grand temps que le regroupement des EHPAD se fasse, on l’attend depuis 10 ans déjà!
    • Développer les outils pour maintenir le plus longtemps nos ainés à domicile (surveillance de nuit et le week-end notamment).
    • Proposer aux aidants familiaux une solution de répit en organisant un accueil ponctuel dans les EHPAD d’un ou plusieurs jours, pour pouvoir nous rendre sur le continent ou faire une petite pause!
    • Renégocier avec l’ARS pour avoir une structure correcte (un vrai PASA et pas seulement quelques places) pour accueillir les personnes atteintes de maladies neurodégénératives. 18 % des plus de 75 ans sont atteints de troubles cognitifs et la fondation France Alzheimer prévoit le doublement de ce nombre de malades d’ici 2050.
    • Prévoir des solutions de logement pour le personnel soignant.
    • Retravailler sur la création d’une structure d’accueil pour les personnes handicapés (l’ARS préconisait dès 2019 de mettre en place un groupe de travail sur ce sujet avec la MDPH).

Le département s’occupe de solidarité

SolidaritéLes questions sur le social et la solidarité nous concernent tous et cela est important dans le choix de vos conseillers départementaux.

44,3 % des dépenses du département sont consacrées au social et à la solidarité: le département finance notamment l’aide pour les tout petits (la protection maternelle et infantile), le RSA, l’aide sociale à l’enfance, les aides aux handicapés, et la dépendance pour nos ainés. Depuis peu il intervient aussi sur la santé.

Au delà de ces aides, le département intervient aussi sur l’organisation des structures sociales : la PMI, les EHPAD, les structures d’accueil pour handicapés, l’organisation de l’aide à domicile. Tous les 3 ans les conseillers départementaux travaillent sur le contrat local de santé en collaboration avec l’Agence Régionale de Santé, la Mairie de l’Ile d’Yeu, le CCAS, les médecins et professionnels paramédicaux.

Il ne faut donc pas avoir peur que vos droits et vos besoins en matière social ne soient pas défendus si les conseillers départementaux ne sont pas dans la majorité municipale!

Bien au contraire, la diversité des points de vue ne pourra qu’enrichir le débat et nous serons force de contrôle et de veille pour la bonne mise en œuvre de ce contrat. Nous aurons donc notre place pour construire ensemble les deux prochains contrats de 2022 (contrat de 3 ans).

Carence de logements sur l’Ile d’Yeu

Le logement sur l'IleEn dépit des 6000 logements dont 60% de résidences secondaires, se loger sur notre île est un vrai problème qui existe depuis de nombreuses années.

Notre constat

Au niveau départemental, nous pouvons nous faire aider par Vendée Habitat. Certains conseillers départementaux siègent au conseil d’administration de cet organisme, dont le maire.

Et pourtant, le résultat n’est pas brillant:

    • Sur 111 logements locatifs gérés par Vendée Habitat, seulement 33 (moins d’un tiers) ont été construits depuis 2005.
    • Cela représente une moyenne de seulement 2 logements par an depuis 2005, alors qu’on en avait 3,4 par an avant!

Que se passe-t-il donc à l’Ile d’Yeu pour que nous ne soyons pas capables de loger nos enfants, nos aînés, ceux qui viennent travailler comme enseignants, le personnel des Ehpad et de l’hôpital, les entrepreneurs, saisonniers etc. etc. ?

Il reste bien des terrains disponibles pour ceux qui voudraient construire, comme au Ker Pissot, mais qui peut s’offrir un de ces 9 terrains à 250€ le m²?

Vendée Habitat annonce pourtant sur son site: « Votre rêve à partir de 121100€, terrain compris ,  prix du foncier négocié avec les communes, mais aussi grâce à un taux de TVA réduit et des frais de notaire diminués. » Ils devraient venir plus souvent sur l’Ile d’Yeu!

Mais le logement n’est plus la priorité!

L’habitat réversible

Nous voyons déjà surgir ici et là des cabanes en bois, ce n’est peut être que le début.

On nous dit que c’est une réponse au problème de logement et bâti cher. Ces bâtiments sont décrits comme écologiques, amovibles dans leur intégralité et non durable, mais nous pensons qu’ils sont peu respectueux de l’identité de l’Ile d’Yeu.

La mairie aurait un projet de mettre à disposition des terrains derrière l’Ecole des Pêches pour construire de l’habitat réversible. Cette solution de bâtiments dits écologiques peut être intéressante, mais nous pensons qu’ils doivent conserver l’aspect des habitations traditionnelles de l’île, avec des toits en tuile et des murs blancs. Cela est possible techniquement, sans remettre complètement en cause la réversibilité.

Evitons à tout prix ce type de construction:

Exemple d'habitat réversibleSinon cela risque de créer un sentiment d’iniquité et de frustration et ça finira par diviser l’ile et ses habitants!

Ce que nous voulons.

Nous voulons trouver d’autres solutions pour résoudre le problème du logement.

Nous agirons auprès de Vendée Habitat et Vendée Foncier Solidaire pour accélérer leurs programmes avec des hameaux équilibrés de taille raisonnable. Nous souhaitons une participation active de l’ensemble des Islais autour de ce projet qui ne peut être que commun et consensuel.

Il s’agit de sauver notre identité et de loger ceux qui vivent à l’année sur l’ile ou y travaillent pour des périodes courtes, pour que l’Ile d’Yeu ne deviennent pas une île vidée de ses habitants!

Parc d’éoliennes en mer

éoliennes

Le sujet est brûlant en ce moment, et même si ce n’est pas un domaine relevant directement du département, il nous semble important d’en parler.

Un peu d’historique

Le projet de parc éolien a été lancé il y a plus de 15 ans.

A cette époque, le porteur du projet nous a fait des promesses d’énergie verte, durable, décarbonée, en bref, le seul avenir possible pour le climat et la planète.

Il nous a également mentionné les retombées pour l’Ile d’Yeu, avec plus de 100 emplois sur l’île, ce qui signifiait la venue de familles, donc des retombées économiques et sociales importantes pour les commerces, les écoles, etc.

Au niveau de l’emplacement, le porteur du projet a même accepté de modifier son projet à la demande des pêcheurs…

Le seul inconvénient était visuel, mais contre tous les autres avantages, cela nous semblait acceptable.

Un membre de notre binôme, Patrice Bernard, était membre du conseil municipal et à cette époque il s’est prononcé en faveur du parc éolien, comme de nombreux élus sur l’île, en Vendée et en France. A l’époque, tout le monde était convaincu que cela était la seule solution pour la planète.

La prise de conscience environnementale

Depuis 15 ans, de nombreuses voix se sont élevées contre les éoliennes, avec des associations, des politiques, des économistes, des ingénieurs et scientifiques…

Au tout début, cela ressemblait à des combats individuels de personnes qui craignaient pour leur confort personnel: vue gênée, perte de valeur de sa maison, etc.

Mais le discours a pris de l’ampleur, les consciences ont évolué, de plus en plus de personnes ont réalisé que la promesse d’énergie propre n’était pas complètement vraie
Le cycle de construction d’une éolienne consomme énormément de ressources (acier, énergie, métaux rares), le recyclage des matériaux en fin de vie n’est pas complètement assuré, notamment pour les pales.
Et la quantité d’énergie produite pendant la vie de l’éolienne est très inférieure à celle espérée (des études citent 25% de la puissance annoncée). Mais surtout, le caractère intermittent de cette énergie oblige à conserver ou construire d’autres productions (nucléaire, fuel, gaz).
Enfin, le coût de cette électricité pas complètement verte est exorbitant!

Beaucoup, comme Patrice, ont eu le sentiment d’avoir été floués sur cette énergie propre.

Nous vous recommandons de regarder cet excellent documentaire sorti récemment. Il n’est peut-être pas 100% objectif (aucun partisan des éoliennes n’a été interviewé), mais il a le mérite d’être crédible et il étudie largement le sujet: Éoliennes: du rêve aux réalités [le film]

La position de M’Yeu Ensemble et du binôme candidat aux départementales

Il y a un an et demi, au moment de la campagne pour les municipale, les 29 candidats de la liste M’Yeu Ensemble ont longuement débattu des éoliennes. Tout le monde n’était pas d’accord sur le sujet, mais nous avons fini par trouver une position commune:

    • Les éoliennes sont un projet d’Etat, et ne dépendent plus de l’avis d’un maire (ni aujourd’hui d’un conseiller départemental).
    • Les recours sont presque tous jugés et rejetés, donc il est très probable que le projet verra le jour.
    • Le gouvernement a annoncé sa volonté de doubler les capacités, mais nous nous opposerons à toute extension du parc de l’Ile d’Yeu car nous aurons assez donné!
    • Nous nous battrons pour au moins avoir la consolation des retombées économiques, avec l’implantation de la base de maintenance sur l’île, avec ses 80 emplois (contre plus de 100 au début!).

Aujourd’hui, notre binôme confirme cette position!

Nos inquiétudes

Si comme nous le craignons ce parc verra le jour dans quelques années, il est indispensable d’avoir au moins les retombées économiques. Et aujourd’hui, nous n’avons que des annonces du consortium, mais aucun engagement contractuel.

Déjà le nombre de techniciens est tombé à 80, contre plus de 100 au début, mais surtout, nous craignons que le consortium annonce un revirement de position, et l’installation de sa base de maintenance à l’Herbaudière ou à Saint Nazaire. Et ils auront une bonne raison pour cela, en expliquant qu’il n’y a pas de logement pour les techniciens et leurs familles.

En effet, rien n’a été fait pour anticiper ces logements. Et un terrain pressenti pour leur construction, derrière l’Ecole des Pêches, est en passe de devenir un lieu expérimental pour l’habitat réversible.

En l’absence d’engagement contractuel avec le consortium, et sans logement, nous risquons bientôt de n’avoir que nos yeux pour pleurer, avec des éoliennes et sans les emplois!

Les programmes des binômes sont en ligne

Nous sommes pour la transparence et la communication, même quand cela concerne nos concurrents.

Vous êtes impatients? Pas envie d’attendre le facteur? Vous pouvez consulter les programmes des autres candidats sur le site du Ministère de l’Intérieur. Ils y sont tous, sauf le Rassemblement National.

Il suffit de cliquer sur l’image ci dessous:

programmes départementales l'Ile d'Yeu
Accès au web du Ministère de l’Intérieur

Vous verrez que nous sommes les seuls à avoir préparé 2 versions de notre programme, pour une meilleure compréhension par tous!

Quel avenir pour l’estacade?

L'estacade de Port Joinville

Certains l’ont peut-être remarqué dans le « Journal de la Vendée » du mois d’avril. Le conseil départemental lancera à l’automne 2021 la déconstruction de la passerelle de la Galiotte (l’estacade).

Le département prévoit de déconstruire l'estacade!
Journal de la Vendée – avril 2021

Aucune précision sur la suite… Vont-ils simplement la détruire et laisser Port Joinville sans cette estacade qui fait partie de notre patrimoine? Ou bien y a-t-il un autre projet de reconstruction plus tard? Une fois de plus, c’est opaque, rien n’est dit!

Carole Charuau et Bruno Noury viennent de dire à Ouest France qu’ils prévoient dans leur programme la réfection de l’estacade. Mais pourquoi ne l’ont-ils pas fait plus tôt, pour que cette réfection se fasse en même temps que la déconstruction, au lieu d’attendre, peut être plusieurs années? Est-ce simplement pour copier nos propositions?

En même temps, le conseil départemental annonce dans le numéro de mai qu’il a reconstruit à l’identique les estacades du port du Pont-Neuf à la Barre de Monts, pour « mettre en valeur notre patrimoine ».

La Barre de Monts a eu droit à de nouvelles estacades!
Journal de la Vendée – mai 2021

Quand nous serons élus, nous nous battrons en toute transparence et nous ferons tout pour faire reconstruire l’estacade. Cet ouvrage doit survivre et mériterait d’être classé monument historique.

Qui n’a pas un père, un oncle ou un grand-père qui utilisait cette estacade et son chemin de halage pour accoster au retour d’une campagne de pêche et haler le bateau à l’abri dans le port?

Et souvenez-vous des plongeons des jeunes depuis cette estacade pour saluer les retrouvailles ou les séparations à l’arrivée et au départ de la Vendée ou du Président Auguste Durand… C’était peut être un peu dangereux, et surtout très interdit, mais c’est notre Histoire!

Et combien de rendez-vous romantiques 💖 vont sombrer dans l’oubli si l’estacade disparaît 🙁 ?

Le binôme Charuau Noury se présente dans Ouest France

Journal quotidienLe quotidien Ouest France a publié hier jeudi 27 mai un article de présentation du binôme de candidats Carole Charuau / Bruno Noury que vous pouvez lire ici.

Un traitement différent selon les candidats

Pour Ouest France, notre candidature a clairement plus de valeur car il faut payer 1€ d’abonnement pour lire notre présentation publiée la semaine dernière (voir article M’Yeu Ensemble Hélène Gaborit et Patrice Bernard), alors que pour Charuau / Noury c’est gratuit 🙂 !

Nous nous réjouissions de découvrir leurs propositions pour pouvoir débuter le débat.

Malheureusement, ce qu’ils ont annoncé pour l’instant dans Ouest France ne va pas nous aider à débattre… En effet, leurs quelques propositions publiées hier sont presque identiques à celles que nous vous avons présentées il y a plus de 2 semaines, le 12 mai dans notre programme mis en ligne par volonté de transparence.

Scoop : Charuau / Noury en faveur d’un cordon sanitaire!

Nous avons quand même noté quelques différences, la plus importance étant le maintien du cordon sanitaire!

Un cordon sanitaire consiste à contrôler les accès à une zone pour l’isoler et la mettre en quarantaine.

Nous sommes très inquiets! Pourquoi veulent ils de ce cordon? Ils l’ont déjà mis en place à l’occasion du premier confinement, en faisant interdire l’importation des matériaux de construction, puis en bloquant l’accès à l’île d’Yeu pendant 15 jours après ce confinement, en mai 2020!

M’Yeu ensemble s’est déjà exprimé sur cette interdiction d’accès, qui nous semblait injuste et incompréhensible, et a créé un sentiment d’exclusion à de nombreux ex-Islais et résidents secondaires.

Ou bien ils ne savent pas ce qu’ils disent, et ils confondent « cordon sanitaire » et « évacuation sanitaire »? Mais il est évident que tout le monde est en faveur de cette liaison hélico qu’il est hors de question de supprimer.